Quelques initiatives pour ne pas reprendre la vie comme avant




Un post pour vous partager quelques initiatives laïques qui m’ont parues intéressantes cette semaine. Elles s’inscrivent dans le désir de préserver la création et d’envisager un apres COVID-19 différent.

  • « Un temps en venu » de Nicolas Hulot
  • « The Shift Project »

Dans ces 2 articles, j’ai, entre autre autre aimé 2 phrases : « On ne réagit que face au danger tangible et immédiat » et Nous voici dos au mur. Ne reprenons pas la vie comme avant. Nous ne le pourrions sans doute pas, et nous ne le devons pas » (…)

Il y en a certainement des dizaines d’autres projets à partager pour un demain différent !

Franck

Projet « Le temps est venu » 

Le journal « Le Monde » a publié le 6 Mai un entretien intéressant avec Nicolas Hulot, l’ex-ministre prône la tenue rapide d’un Grenelle et un changement dans les modes de production et de consommation. Il assure redouter « le danger » que représentent ceux qui « veulent trouver des responsables » à la crise liée au Covid-19. . « Le monde d’après sera radicalement différent de celui d’aujourd’hui, et il le sera de gré ou de force » L’article est disponible sur le site du journal Le Monde en cliquant ici ou disponible ici au format pdf. L’article est intéressant, le site du projet un peu décevant.

Nicolas lance également un nouveau site avec des propositions de changements :  https://letempsestvenu.org/

Autre initiative : Shift Project

Le Shift Project, a également présenté le 6 Mai, ce qu’ils appellent le chantier d’urgence, « Crise(s), climat : plan de transformation de l’économie française » qui propose une reflexion sur plan concret de transformation de l’économie française.

«  

L’association d’intérêt général The Shift Project propose un plan de transformation de nos activités essentielles (se nourrir, se loger, se déplacer, se soigner, travailler, comprendre, échanger), afin de les rendre saines et robustes pour les temps de crise économique et écologique dans lesquels nous entrons. (…)

La croissance, sur laquelle reposent toutes les politiques mises en œuvre jusqu’ici, risque ne pas revenir en Europe avant longtemps. Cette croissance n’a jamais fait autre chose que recourir aux énergies fossiles et tarissables, pétrole, gaz naturel, charbon, qui bouleversent déjà le climat et menacent les conditions de vie sur Terre.

Avec la pandémie de Covid-19, les Français redécouvrent ce que signifie une pénurie, et voient que l’argent se trouve toujours, mais ne suffit pas à résoudre une crise : ils s’aperçoivent à nouveau que sans organisation au service d’un but clair, la « puissance économique » n’est rien.

Un système économique plus sobre n’a pas à être un système demandant aux pauvres de se serrer plus encore la ceinture. Au contraire, il peut donner de l’air aux budgets les plus modestes, en organisant des économies d’énergie et de matière. Et il peut ouvrir d’importantes possibilités nouvelles de travail.

En partant de la situation de ceux qui vivent et travaillent aujourd’hui en France, The Shift Project pose les jalons d’un plan de transformation de l’agriculture, du bâtiment, de l’énergie et de l’industrie, des transports, de la santé, des services, de la culture et des médias.

Le but : lancer un débat sur les actions que la République devra mener à bien pour tenir ses engagements devant l’Histoire, et offrir à chacun une place dans une société durable.

The Shift Project, association reconnue d’intérêt général, est un think-tank dont la mission est d’éclairer et influencer le débat sur la transition énergétique en Europe. The Shift Project est soutenu par de grandes entreprises françaises et européennes qui veulent faire de la transition énergétique leur priorité stratégique.

Pour Information et pour ceux qui le connaissent, le président de ce projet est menu entre autre par Jean-Marc Jancovici ; si vous ne connaissez pas encore, retrouver ces conférences sur Youtube, elles sont sur l’energie et ses impacts dans la société, la nécessité de sortir de l’energie cabornée. Il est connu en particulier par la notion d’esclave énergétique : « C’est la quantité d’énergie motrice développée en un an de travail par un homme. Un habitant consomme en moyenne chaque année l’équivalent de 200 esclaves énergétiques, et un français l’équivalant de 400. Nous sommes accros à l’énergie et celle-ci demeure quasi gratuite. 1 litre d’essence fournit autant d’énergie qu’une paire de bras travaillant 1 800 heures, soit un smicard pendant 13 mois (…) Présentée ainsi, l’énergie prend une toute autre envergure.) »

Et Aussi

N’hésitez pas à laisser vos commentaires sur ce post, à donner d’autres point de vue, à partager d’autres projets !

Notes: merci Fred !


-----------
Cet article a été actualisé le : 20 mai 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *