Solidarité – accueil des familles ukrainiennes à Oullins, Lyon.




Une maman de la catéchèse très engagée dans l’accueil nous donne de précieuses nouvelles du terrain et lance un vif appel à l’aide:

Les réfugiées ukrainiennes (très majoritairement des femmes avec des enfants) arrivent peu à peu à Oullins. Elles ont obtenu la protection temporaire et auront le droit à une allocation (dans un mois environ) ainsi qu’aux APL. Il sera donc possible à terme, de leur louer un logement à prix raisonnable.

Pour l’instant, plus que jamais, elles ont besoin de notre solidarité. Elles ont tout perdu, n’ont pas de ressources et recherchent une solution d’hébergement (minimum 6 mois), y compris des chambres chez l’habitant, à Oullins, Lyon ou dans les environs. Plusieurs de ces personnes ne parlent pas français mais utilisent des applications de traduction. Des habitants d’Oullins se sont portés volontaires pour aider avec les démarches administratives.

Nous vous invitons à indiquer vos disponibilités de logement sur la plateforme de Solidarité Lyon-Ukraine

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdMRW7FQhXHUkiPOKEW2yDphXFcXn8Q1WG5jbMEMs6sI_L0sQ/viewform

 

Parallèlement, pour des propositions concrètes pour les personnes qu’elle suit déjà, vous pouvez contacter Dorota Dakowska : :

 

Famille de 4 personnes de Kiev

L’adolescente de 14 ans vient d’être admise à la CSI de Gerland (elle est accueillie par une famille à Oullins).. Elle, sa maman, sa grand-mère et sa petite sœur de 5 ans recherchent un logement. L’adolescente parle anglais.

Femme de 51 ans

Olena Rahimova, vient de Kropyvnytsky près de Kryvyj Ryh. Elle ne fume pas et mène une vie saine (sport). « En Ukraine, je s’occupais d’arrangement et de la vente de fleurs exotiques, ainsi que d’une chatterie plusieurs fois lauréate d’expositions. Je souhaite apprendre le français rapidement pour être utile dans la vie publique et aider les personnes qui en ont besoin ».

Famille Plakhotnik de Kharkiv (3 personnes, à terme 5) : Mère, grand-mère, petite fille de 7 ans, en attente du retour du père qui se rend aux Deaflympics au Brésil (la maman est enceinte de 5 mois).

Famille Pendrak de Kharkiv : Père, mère, fille de 6 ans.

Les familles peuvent vivre séparées mais souhaiteraient rester proches (même quartier si possible). Elles ont besoin d’accéder aux équipements pour sportifs de haut niveau (course).

Elles sont logées dans un gymnase géré par la Croix-Rouge depuis deux semaines, en attente d’un logement.

 


-----------
Cet article a été actualisé le : 4 avril 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.